Equipe

Alexandre DUVAL-STALLA (Président)

alexandre-duval-stalla-lire-pour-en-sortirAvocat et ancien secrétaire de la Conférence du Barreau de Paris, Alexandre DUVAL-STALLA est auteur de plusieurs livres aux éditions Gallimard. Consultant du département Prison-Justice du Secours Catholique, il enseigne également la philosophie politique à Sciences Po Paris. Membre du conseil d’administration de la Fondation Clemenceau, il est aussi membre de la Fondation Charles de Gaulle et de l’Association des Avocats Pénalistes. Depuis avril 2006, il anime son propre cabinet d’avocats, Duval-Stalla & Associés.

David DI NOTA (Secrétaire général)

david-di-nota-lire-pour-en-sortir

Romancier, essayiste et dramaturge français, David di Nota suit des études de danse classique à l’Opéra de Paris (compagnie qu’il quittera à la parution de son premier roman) et de philosophie à la Sorbonne. Diplômé de l’Institut français de géopolitique, il est docteur en science politique. Il a également conclu un post-doctorat sur Lacan et l’anthropologie à l’Université fédérale de Rio de Janeiro.

Ses ouvrages abordent une grande variété de sujets. En premier lieu, la ville de Paris (Festivité locale, 1991) et l’art vestimentaire (Apologie du plaisir absolu, 1993). Suivront un petit traité sur l’élégance morale (Traité des élégances, 2001), puis un roman hommage à Mai 68 Projet pour une révolution à Paris (Gallimard, 2004). Ce livre semble s’inscrire dans le sillage ludique du « nouveau roman » français (l’influence de Toussaint y est sensible), bien que l’auteur ajoute au sein de ce mouvement une dimension ouvertement politique. Un tournant confirmé avec la parution du roman J’ai épousé un casque bleu, suivi d’un court essai sur la guerre de Bosnie, Sur la guerre, missive acérée contre le néopacifisme européen. Ce dernier roman a donné lieu à une pièce de théâtre intitulée Têtes subtiles et têtes coupées (tragi-comédie en deux actes avec morale à la fin), ainsi qu’à une enquête littéraire sur le bombardement de Belgrade de 1999, deuxième volet d’un cycle balkanique voué à la description des « vraies-fausses guerres » européennes. Mêlant indissociablement tragédie et comédie, David di Nota est également l’auteur d’une satire érotique à succès (« Ta femme me trompe », Gallimard, 2013).

Remarquée par Jean-Luc Godard et Milan Kundera, sa démarche a reçu le soutien de plumes célèbres (Neuhoff, Duteurtre, Sollers2) mais également la vive critique d’autres personnalités (Lançon, Donner).

Vincent OLLIVIER (Trésorier)

vincent-ollivier-lire-pour-en-sortir

Vincent Ollivier est titulaire du DEA de droit international de l’Université Paris-II Panthéon-Assas, ancien attaché d’enseignement et de recherche auprès de l’Université Paris-II Panthéon-Assas et ainsi qu’ancien secrétaire de la Conférence des avocats au barreau de Paris (promotion 2005). Il exerce aujourd’hui une activité contentieuse dans les domaines du droit Pénal des affaires, droit Pénal Fiscal et douanier, contentieux civil et Droit international privé.

 Sophie BARNIAUD (Directrice générale)

sophie-barniaudDiplômée de Sc Po Bordeaux, Sophie Barniaud a occupé des fonctions commerciales avant d’assister un député. Elle a ensuite codirigé l’association SOS Préma, mettant en place ses premiers partenariats avec des entreprises mécènes puis été nommée conseillère du ministre en charge de la vie associative. Convaincue par la nécessité de renforcer les collaborations entre entreprises et associations, elle a créé un cabinet de conseil en stratégie de mécénat. Co-fondatrice de Carenews, une entreprise d’information et de communication spécialisée dans l’intérêt général, elle a pris la direction générale de Lire pour en Sortir pour en assurer le développement suite à l’obtention du label La France S’engage.

Elodie Perroteau (Responsable de programmes)

Après un Master en gestion de projets européen, Elodie Perroteau s’est orientée vers le milieu associatif où elle a conçu et mis en place pendant 5 ans des programmes d’accès à la culture et à l’information pour les populations vulnérables au sein de Bibliothèques Sans Frontières. Elle a ensuite pris la responsabilité d’un pôle formation où elle a notamment développé des programmes de renforcement des compétences pour les professionnels des bibliothèques et la gestion de projets culturels. Convaincue de la force et de la pertinence des activités culturelles dans le processus de réinsertion sociale, elle a rejoint l’équipe de Lire pour en Sortir pour coordonner les programmes de l’association.