C’est quoi le programme « respecto » ?

août 29, 2018 Non Par lirepourensortir

Le programme « respecto » est né en 2001, en Espagne[1], et expérimenté dans l’établissement de Mansilla de las Mulas.

Il est mis en place en Franc depuis 2015 dans différents établissements. Le centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan a été le premier à en faire l’expérimentation.

 

Le principe

Les personnes détenues volontaires font une demande, qui inclus une lettre de motivation, un entretien avec des CPIP (conseillers d’insertion et de probation) et des surveillants et un examen de la demande en commission pluridisciplinaire.

Les détenus particulièrement signalés, souffrant de troubles mentaux ou radicalisés ne peuvent en aucun cas y accéder.

Un contrat, rédigé par l’administration, est signée par la personne détenue, qui s’engage à :

  • Respecter le règlement intérieur (horaires, règles d’hygiène, comportement…)
  • Participer à 25 heures d’activités hebdomadaires (ateliers, modules d’inscription professionnelle, heures de travail, investissement dans la vie carcérale…)

En échange, les participants au programme ont une relative liberté de circulation. Les portes et les grilles restent ouvertes toute la journée, permettant l’accès aux diverses salles communes.

 

Les objectifs du module de respect visent à :– apaiser le climat en détention en diminuant les violences à l’encontre des personnels et entre personnes détenues,

– à définir de nouvelles règles de respect des personnes et de la vie en détention,

– à redonner du sens aux métiers pénitentiaires en intégrant le surveillant dans une équipe technique de détention,

– à modifier le comportement des personnes détenues,

– à rendre la personne détenue responsable de sa vie en détention.

 

Les résultats

Il n’existe aucun rapport ou information officielle sur l’efficacité de ce programme en France. Au premier Janvier 2017, 850 personnes détenues bénéficient de ce programme.

En Espagne, une évaluation a été menée auprès des détenus participant au module de respect[2] :

  • Accès aux activités culturelles: les personnes intégrées au programme « respecto » n’ont pas le sentiment d’avoir accès plus facilement à ces activités que ceux en détention ordinaire.
  • Relations avec les autres personnes détenues: les relations entre détenus sont perçues comme meilleures dans le module de respect (84% des personnes interrogées en module de respect s’entendent avec tout le monde, contre 63% en détention ordinaire)
  • Respect des surveillants envers les personnes détenues: les détenus intégrés au module de respect se sente mieux respectés par les surveillants (24% ne se sentent pas respectés, contre 34% en détention ordinaire).
  • Qualité de l’aide personnelle et juridique: 67% des détenus en module de respect sont satisfaits de l’aide personnelle et juridique disponible, contre seulement 47% en détention ordinaire.

 

Les limites

Le programme « respecto » fonctionne avec une sorte de « permis à points », dont le fonctionnement diffère d’un établissement à l’autre.

Tout manquement au règlement entraîne une perte de point, et une bonne conduite en fait gagner. Ainsi, un détenu qui ne se lève pas à l’heure, ne fait pas son lit ou est en retard perd un point par mauvaise action.

Lorsqu’une personne perd tous ses points, il est exclu du programme. Les fautes graves comme la violence ou la détention d’objets non autorisés entraînent une exclusion immédiate.

 

Les travaux d’entretien et de fonctionnement courant ne sont pas rémunérés, ils font partie du contrat signé par la personne détenue.

Certains établissements ne proposent pas assez d’activités pour occuper les détenus 25 heures par semaine.

 

 

[1]http://www.institucionpenitenciaria.es/web/portal/Reeducacion/ProgramasEspecificos/modulosRespeto.html

[2]http://www.institucionpenitenciaria.es/web/export/sites/default/datos/descargables/publicaciones/cuestionario_calidad_de_vidad_modulo_de_respecto_defintivo.pdf

 

Sources :

Modules Respect : quand innovation rime avec ségrégation